Je sature ! Restos du coeur, secours cath, pop’ et autres assoc au secours des plus pauvres. Et vas-y que chaque soir aux infos, on y va du petit couplet “heureusement qu’ils sont là”, et les jouets pour les gosses, et les ptits colis de noël avec un peu de foie gras et de chais pas quoi. Et vas-y que je te plante des chariots aux sorties des caisses et te regarde de travers si tu lâches pas ton aumône en partant.

Bon, avant de me rentrer gratuitement dans le lard comme récemment, lisez jusqu’au bout, merci. Je ne remets en cause ni l’utilité de ces bienfaiteurs, ni le besoin qu’en ont les bénéficiaires. Sauf que. Sauf que à titre très personnel, j’en ai plein le cul. Je ne suis pas assez pauvre pour bénéficier de tous ces services. Pas assez riche pour me les offrir. Il en va des aides alimentaires comme des trucs genre CMU ou tarifs dits “de solidarité” pour le gaz et l’électricité. Alors non, chez moi non plus y’a pas de sapin, pas de cadeaux de noël (oui, bien sûr j’exagère, mes enfants ont une paire d’oncle et des grands-parents), mais de moi nada. Y’a pas de repas de fête. Pas de bulles, de chocolats et de champagne. On est malade ? Non ! J’ai bien fait de les allaiter et d’avoir de quoi les maintenir en bonne santé aussi tard, parce que les soins, c’est pour ceux qui peuvent, je ne peux pas. Les lunettes, quand c’est possible, pas assez souvent, rarement quand on aurait besoin. En même temps, je ne fais pas l’aumône, et essaye autant que possible de me démerder toute seule, ou avec mes rares amis qui rechignent à me laisser dans la merde intégrale. Quand je leur dis. (ok, cette année, je dis beaucoup, mais il faut avouer que j’ai jamais eu aussi peu de fric et autant d’emmerdes, pas l’ombre d’une éclaircie, un seau de fiente succédant à l’autre quasi sans discontinuer depuis des mois). Mais au moins, qu’on ait la décence de ne pas faire miroiter un coup de pouce possible. Le seul coup de pouce que je puisse espérer des pros de la misère n’atterrirait que dans mon fondement, je ne suis pas cliente, désolée. 

Je ne suis pas particulièrement envieuse, en général, mais à force de coller des trucs sous le nez, on finit par se dire que ça doit être bien, ces trucs. Et hop, on te les retire juste quand tu pensais les effleurer. 

Alors messieurs dames des rédacs des journaux écrits, parlés, filmés, soyez sympas, c’est bien beau de montrer aux nantis comment leurs sous sont bien utilisés pour aider les plus pauvres, mais par pitié, foutez la paix aux entre-deux une fois de temps en temps ! 

Ah, et après un ptit coup de météo/point route, enchaîner sur les rayons débordants de bouffe, jeux, jouets, équipement de toute sorte, c’est pas mieux hein. Une ptit pub pour un organisme de crédit après ça je suppose ? Et ouais, si t’es pas assez pauvre pour les premiers, et à défaut d’être réellement à l’aise, et bien, on peut toujours te vendre du rêve à 20%. Les reportages sur la BDF et les surendettés, c’est en seconde partie de soirée, tu peux fermer les yeux brave gens !

Jath, qui a jamais aimé l’assistanat, qui le lui rend au centuple le con !