Jathénaïs

Belle Geek

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le boulot des fois c'est rigolo (ou pas)

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 22 juillet 2010

On est pas aidé !

Peu d’entre vous l’ignorent, en ce moment, je cherche du travail. Des travaux même, puisque l’idéal serait plusieurs petites choses différentes que je puisse faire de chez moi.
Pour trouver, il faut prospecter, et il m’arrive de prendre contact directement avec des sociétés à qui j’estime pouvoir être utile. Ainsi, sur les recommandations de ma maman, je me rends sur un site internet immobilier, spécialisé dans le très haut de gamme (du moins le prétendent-ils), du moins dans le cher, voire très cher, l’unité de mesure, c’est le M€. De fait, le tuyau était loin d’être percé. La première annonce que je lis, un bien à plus de 10 millions d’euros tout de même, rédigé dans un français digne d’une notice technique traduite de l’anglais au chinois, puis au pakistanais, l’indien, le portugais, l’allemand, le suédois, le bengali, le mexicain et enfin le français. Non, sérieusement, les tournures étaient dignes d’un mauvais traducteur logiciel, les accords hasardeux, il manquait des mots, quand il n’y avait pas tout simplement confusion de vocabulaire (je peux imaginer une cour, un court, mais une cours… je ne visualise pas bien). Et tout est à l’avenant.
Je prends donc mon meilleur clavier, cherche le service le plus approprié à contacter, et envoie un petit mail de proposition de services. Je n’en attendais pas un contrat miracle, mais dans le meilleur des cas, une réponse polie toute faite. Ah, ça, j’ai eu ma réponse toute faite…
Je vous la livre comme je l’ai reçue :

”Bonjour,

Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée. Merci pour vos remarques ces dernières nous sont utiles pour l’amélioration de nos services. Les annonces nous sont transmises par nos agences partenaires. La qualité et la fraîcheur des annonces sont notre priorité. C’est pourquoi nous travaillons quotidiennement en collaboration avec nos partenaires pour garantir la qualité de nos annonces et pour corriger d’éventuelles erreurs comme celles-ci. Malgré ces contrôles il arrive que certaines annonces passent en ligne.

Aussi, pourriez vous nous préciser la ou les annonces concernées ?

Merci de votre compréhension,

Cordialement,”

La réponse ne s’est pas fait attendre, j’ai commencé par leur demander s’ils lisaient réellement leurs mails, leur ai suggéré de porter plus d’attention aux compétences des-dits collaborateurs, les chargés du contrôle sont manifestement payés à rien foutre, quant à leur signaler “la ou les annonces concernées”, là, faut pas pousser, pour cela, on me paye !
Je ne pense pas avoir de retour de leur part, mais tout de même, c’est plus qu’osé comme procédé. Et pitoyable de voir à quel point certains sites se gavent et s’en fichent ! Il y a près de chez moi un Institut de la Qualité, j’aurais peut-être dû leur transmettre ses coordonnées.

vendredi 25 juin 2010

Je m'entraîne

Histoire de passer le temps, voilà ce que j’ai bricolé pour une copine ces derniers jours. Je ne suis pas mécontente du résultat !

mardi 8 juin 2010

Ptits boulots

Je suis inscrite dans une agence interim, essentiellement parce que c’est avec celle-ci que travaille la boîte qui m’a régulièrement employée ces 4 dernières années. Parmi les trucs qui se font, l’alerte par sms. Personnellement ça m’agace au plus haut point, mais maintenant, c’est ainsi que cela fonctionne. Donc, il peut arriver (rarement) que je reçoive un message m’informant qu’une mission m’est proposée. Ce fut le cas ce matin. Je dormais quand je l’ai reçue, et bien pour une fois j’ai ouvert les yeux pour éclater de rire !
La ville de l’agence est écrite en majuscules, elle m’a donc sauté aux yeux : Etampes. Ah ? Voilà qui éveille ma curiosité, qu’est ce qu’une agence de l’Essonne peut bien vouloir me proposer ? Mais après tout, ils peuvent avoir un client ici. Ou pas. Mission : inventaire (alors déjà, ça ne correspond pas vraiment avec les raisons qui m’amènent chez eux, mais bon, c’est la crise on propose n’importe quoi à n’importe qui), mais en plus, j’avais raison sur l’éloignement entre l’agence et la mission, celle-ci étant sur … Colmar ! Oui oui, Colmar ! Mercredi 9 juin (tiens, c’est demain), à 19H.
Je ne rêve donc pas, à moi qui habite en Auvergne, une agence de la région parisienne me propose une mission de nuit, de quelques heures en … Alsace !
Alors, oui, je travaille en national, voire international, quand il s’agit de télétravail, mais là, hum, comment dire… je pense que je ne donnerais pas suite.
Ce n’est pas qu’un petit tour en Alsace me déplairait, au contraire, il parait que c’est très joli. Mais je pense que j’attendrais d’avoir l’opportunité d’aller y faire du tourisme plutôt !
La question que je me pose maintenant, c’est dois-je les prévenir ?

mardi 4 mai 2010

L'antre tient

Depuis 2003, j’alterne les périodes de boulot avec des périodes creuses, mais bon an mal an, je m’en sors. Quand je ne travaille pas je cherche. Quand je travaille, aussi, mais en version light (qui consiste essentiellement à faire connaître mes disponibilités à venir à ce qu’il convient d’appeler mon “réseau personnel”, et à consulter les annonces du Pôle-Emploi).
Je n’ai décroché que très peu d’entretiens sur cette longue période. Qui n’ont pas abouti la plupart du temps, pour différentes raisons (pas assez d’expérience, pas intéressée, pas mon tour cette fois-ci - ben oui, figurez-vous que je ne suis pas la seule en lice…). Les deux derniers me sont tombés dessus alors même que je bossais. sans chercher. Résultat du réseau pré-cité. Surtout si l’on considère les membres de ma famille comme un réseau particulièrement éveillé. Le premier s’est idéalement bien passé, et quoi que le job me flanquait une frousse bleue, j’étais prête à y aller. Seulement, je n’étais pas tout à fait assez compétente sur la partie du poste sur laquelle il fallait être immédiatement opérationnelle. J’apprends vite, mais pas encore en une nuit en dormant. J’aurais sans doute fait des étincelles sur l’autre morceau, hyper intéressant. Mais bon voilà.
Le second c’était en début d’après-midi aujourd’hui. Je crois que ça s’est plutôt bien passé. Résultat dans les jours qui viennent.
En attendant, je me fais à l’idée de renoncer à mon niveau de vie, puisque ce boulot, potentiellement intéressant n’est que maigrement rémunérateur, par rapport à ce que je touche actuellement. A vrai dire, je touche même plus en indemnités. Misons sur la régularité, qui à défaut de me permettre de partir en vacances ou de m’offrir un joli poste de télévision, permettra sans doute d’assurer le quotidien, avec au moins la tranquillité de la durée. Ne crachons pas dans la soupe, si ça paye le loyer et les factures, ce n’est déjà pas si mal.
Ou alors, ça n’aura pas marché, et je pourrais reprendre mes coups de stress et activer mes plans B.
Ceci dit, je conserve un plan B en parallèle, ça me laissera le temps de me faire un carnet d’adresses.
C’est couillon tout de même, pour une fois j’avais également des plans C, D et E sur le feu….

lundi 3 mai 2010

Y'a des semaines plus denses que d'autres !

Il y a des lois universelles. Contre lesquelles on ne peut rien. Il faut faire avec et c’est tout. Par exemple, celle qui implique que quand tu rentres dans ton bain, ou va répondre à un pressant appel de la nature, le téléphone sonne. Ou bien celle qui veut que ton téléphone resté muet des jours durant, se met à sonner, tu réponds, et sitôt en ligne, vlan double appel, voire en prime l’autre téléphone qui s’y met ! Ou bien le jour où tu décides de traîner dans ton lit, visite impromptue. Et des dizaines d’autres, vous aurez bien quelques exemples à ajouter ! Dans le genre, nous avons le planning. Le mien en tout cas. Je sais que certains d’entre vous ont un agenda de ministre quoi qu’il arrive. Le mien est tout à l’inverse. En général. Jeudi, j’ai été appelée par une société à qui j’avais fait passer un cv. J’ai rendez-vous demain, juste avant un autre rendez-vous pour radicalement autre chose, mais bon, voilà, deux de suite quoi. Le même jour (jeudi dernier, suivez un peu !), en rentrant chez moi, je trouve dans le courrier le truc qui n’arrive jamais ou presque : une lettre du Pôle-Emploi qui me propose de postuler à une annonce, jointe, et même qu’en plus, c’est pile poil ce que je cherche. CDD, certes, mais le bon métier, au bon endroit, et, encore plus rare, au bon salaire. Un peu plus tôt dans cette même journée, j’ai croisé quelqu’un à qui mes services pourraient ponctuellement être utiles.

Vous savez quoi ? J’ai arrêté d’utiliser ma célébrissime mémoire qui n’oublie rien (en tout cas pas ce qui arrangerait certains :p), au profit d’un iCal convenablement rempli à mesure et dûment synchronisé avec l’iPhone. Parce qu’ajoutez les papiers que je dois ramener pour compléter les demandes de renouvellement de nos cartes d’identité (tiens, à l’occasion, penser à passer à la mairie qui m’a mariée pour faire noter le divorce sur le livret de famille, ça m’épargnera de promener mon jugement partout la plupart du temps), et un petit week-end, sans enfants, juste balades, restos, ciné, repos, photos que j’essaie désespérément d’obtenir, je suis au bord du burn-out ! Si quelqu’un peut aussi me rappeler d’essayer de faire faire ma vidange avant le-dit week-end, merci d’avance.

samedi 1 mai 2010

Loose

Je viens de réaliser que nous sommes le 1er Mai, fête du travail et donc jour férié… et les courses ? Bon ben on casse la tirelire, marché en attendant lundi soir ou mardi matin pis on videra un peu le congélo…. De toute façon, je n’aurais pas eu le temps de les faire ce soir, le bus avait du retard. Humpf

mercredi 7 avril 2010

Une histoire d'ouverture (à toute proposition)

A quelques minutes de la fermeture de la boutique aujourd’hui, entre un monsieur d’un certain âge, manifestement un peu volubile. Il nous salue aimablement (bon point pour lui, ce n’est pas un reflex absolu chez nos gentils clients) puis se retourne vers la porte automatique et la regarde faussement admiratif :

-Ahhh ! ça me rappelle la science fiction d’avant… 2001, Odyssée de l’espace et la musique de Kamasutra !

Ok, je vous le confirme, c’est le printemps, la sève monte, même dans les vieilles branches dont on aurait bien parié qu’elles étaient mortes !

Et comme c’était une journée perle de clients, ma copine de train qui travaille pour une grande chaîne de magasin de cosmétique et soins, s’est vue demander un rendez-vous pour une dépilation. Non que la pratique n’existe pas, mais dans un institut, je ne suis pas certaine que ça corresponde à ce qu’elle pense souhaiter comme traitement !

PS : en parlant d’ouverture, n’oubliez pas le concours !