Jathénaïs

Belle Geek

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La vie est belle (ou pas)

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 3 janvier 2011

Si c'est lui qui le dit !

A l’heure du monde des bisounours où le commun des mortels échange généreusement ses miasmes de grippe, gastro et autres joyeusetés de saison en se souhaitant un tas de bonnes choses, santé en tête, je laisse la parole à un grand maître.

Bonne année mon cul !

Même que si j’avais le téléphone à la maison (je suis une grande timide, et je cherche du boulot, je vais tout de même éviter de risquer de froisser un recruteur potentiel), je crois bien que j’en ferais autant !

vendredi 31 décembre 2010

One per day

Depuis avant Noel, je constate que je récolte au moins une merde par jour. Je ne sais même pas si je saurais toutes les retrouver… mais entre les pannes d’ordinateurs qui s’empilent, les pannes de freebox qui se succèdent, la voiture qui recommence à menacer de tomber en panne, pôle-emploi et la CAF qui commencent à me les briser menu à se renvoyer les ascenseurs, ne tombant d’accord que sur une chose : me pourrir la vie en faisant de la rétention de sous dont j’ai un poil plus besoin qu’eux, et me faire perdre mon temps à leur mettre le nez dans leurs boulettes pour qu’ils les réparent (opération toujours en cours à l’heure qu’il est, j’attends toujours ma prime de noel, entre autres), et puis ajoutez là-dessus, les coups bas persos qui ne manquent pas de vous filer un moral d’enfer, une météo coopérative (ou pas)… Vous savez quoi ? J’en ai plein le cul, marre, ras-le-bol !

Tout commentaire tentant de m’expliquer que ce sera mieux l’année prochaine, ou je ne sais quelle connerie dégoulinante de compassion plus ou moins réelle et d’optimisme vain sera supprimé sans autre forme de procès. Chaque année, “on” me dit “ça ira mieux l’année prochaine”, chaque année je me prends l’envie d’y croire, et depuis 5 ans, c’est PIRE chaque année. Alors qu’on ne vienne pas me faire chier avec les phrases toutes faites. 

mardi 21 décembre 2010

Rien que des salades

Peut-être suis-je en train de virer vieille conne… Ou le monde marche sur la tête. Allez savoir.

Il n’y a que moi qui trouve hallucinant qu’on octroie 20 000 euros à une brave dame qui a .. glissé sur une feuille de salade dans sa grande surface préférée ? Je comprends la douleur de cette malchanceuse. Si si, ça fait très mal une double fracture du col du fémur ou de je ne sais plus quoi. Et à son âge, ça se répare pas aussi facilement qu’à 20 ans. 10% d’invalidité. Je ne suis même pas certaine que ça suffise à une classification TH pour les actifs. Alors si douloureux et pénible que ce puisse être, à 70 ans passés, ça ne remet probablement pas en cause sa carrière professionnelle, et donc son gagne pain. Moi je propose qu’on colle des caméras partout dans les rayons, comme ça au prochain accident, on pourra voir QUI a flanqué cette feuille par terre ! Et l’attaquer directement. Non mais. Ah oui, concernant un particulier, il n’a pas les mêmes moyens financiers, ça paiera moins. Ouais, mais au moins on aura le vrai coupable ! 

Parce que chez vous, je ne sais pas, mais dans mon petit hypermarché habituel, j’en croise des feuilles de salade par terre parfois. Je croise aussi des machines, et le personnel qui va bien, qui nettoient constamment le magasin. Et je vois aussi les maraîchères ramasser ce qu’elle voit tomber. Et tenir leur rayon nickel. Et je ne me fais pas spécialement d’illusions, je doute qu’elles soient financièrement très motivée pour cela. Conscience pro, ordres stricts de la direction, je ne sais pas, mais le fait est que ce n’est pas le bazar. Par contre, je vois aussi des clients qui s’obstinent à tenter d’enfiler une grosse salade (qu’ils auront choisi la plus grosse possible, quitte à payer le même prix), dans un sac pris un peu plus loin, arrachant la moitié des feuilles, le tout au dessus du vide, sinon c’est pas drôle. Et donc de garnir le sol de déchets. Reconnaissons qu’il est malaisé de mettre une vendeuse-conseillère en enfilage derrière chaque consommateur qui passe par là. C’est d’autant plus con que le rayon est, ici, équipé d’un appareil fort simple, avec les dessins clairs qui te disent de prendre le sachet fait pour sur le rouleau, là, puis de le mettre sur le support, là, juste en dessous, et enfin de laisser ta salade, queue vers le bas, glisser délicatement et sans encombre dans le sachet, y’a plus qu’à récupérer. Clair, propre et net. 

Il y a fort à dire sur les comportements de la grande distribution, mais sur ce point précis, je trouve ça aussi con que de vouloir condamner un restaurant à burgers pour avoir laisser une frite au sol. Ou d’attaquer une mairie parce qu’on a marché dans la dernière oeuvre tridimensionnelle d’un Médor quelconque. 

J’ai peut-être reçu une éducation totalement burlesque, où on m’a appris à regarder où je mettais les pieds (et les parcmètres de la rue d’Allier à Moulins m’ont appris à mes dépends que regarder à la fois devant soi et sous ses pieds n’était non seulement pas inutile, mais beaucoup moins douloureux !). Le jour ooù je me suis fait le bleu du siècle en tapant violemment l’avant de ma jambe (vous savez, là où il n’y a ni gras, ni muscle, pour s’interposer entre un angle de lit bas, caché par la couette tombante) et l’os. J’ai bien boité quelques jours, et ça m’a fait un mal de chien. Jusque dans ma montre ! Que n’ai je porter l’affaire en justice ! Je serais à l’abri du besoin désormais. 

Non mais franchement, les gens, prenez-vous un peu en main, et n’allez pas jouer les américains, qui, s’ils sont un peuple tout ce qu’il y a de respectable, et respecté, n’en doutez pas, ont aussi la culture de la folie des grandeurs, des extrêmes. A trop vouloir vivre dans un monde exempt de tout risque, on va finir comme dans le vaisseau de Wall-E. 

lundi 20 décembre 2010

Je suis d'accord avec M*arine L*epen

Il n’y avait pas de cardiaques dans l’assistance, c’est bon ? Tout le monde est en vie ? Alors on va développer un peu ce titre racoleur à souhait qui aura surpris forcément un peu ceux qui me lisent, et beaucoup plus ceux qui me connaissent. Je fais juste référence à ce qui est titré ici

Nous sommes dans un pays laïc. J’y tiens, moi-même méchante incroyante (mais pas incrédule), à ce principe de laïcité. Même si le voile (je ne parle pas des cages) ne me choque pas plus sur la tête d’une musulmane que le turban ou le foulard sur la tête d’une cancéreuse, même si ça ne me dérange pas qu’un chrétien arbore sa croix, un juif l’étoile de David ou sa kippa, un musulman, la main de Fatima. Soyons clairs, le pays est laïc, et les individus sont libres. 

Les mosquées, donc. Et bien, sur ce point précis, je serais plutôt d’accord avec la sus-titrée. Mais pas que. Selon la règle d’égalité entre tous, que la nation économise quelques deniers en ne construisant pas (directement ou indirectement) ces édifices, c’est une option, mais alors, que l’état se désengage aussi des construction/rénovation d’église, synagogue ou tout autre bâtiment à vocation religieuse. Si on paye pour les uns, on paye pour les autres, si on en exclut un, on les exclut tous. Et qu’on ne me parle pas d’entretien du patrimoine architectural, je suis pour, dès lors que les lieux sont devenus touristiques et dépourvus de célébrations liturgiques. Surtout que je ne voudrais pas faire pleurer dans les chaumières, mais si les curetons de campagne sont bien mal lotis, il n’en est pas tout à fait de même des évêchés, ne parlons même pas de la maison mère qui est à la tête d’un patrimoine qui renverrait la vieille Liliane remplir une demande de RSA.  Ah tant qu’on y est, si les constructions de toutes les religions voulaient bien s’abstenir de fantaisies architecturales… j’ai vu quelques clochers qui me font regretter de ne pas avoir en leur place de magnifiques monuments ornés de minarets. Parce que merde, ils ont un foutu savoir faire ! Un peu chargé, parfois, peut-être, mais ça a de la gueule. Autrement plus que ça ou ça (ce ne sont que deux maigres exemple pêchés sur le net vite fait, il y a certainement bien pire !)

Euh, voilà, c’est tout, je n’ai pas de conclusion particulière, et je commence à avoir faim. 

mercredi 1 décembre 2010

Décembre commence

De bon matin, je suis descendue, me retrouvant nez à nez avec la haie de thuyas couverts d’une épaisse couche de neige. Mais pas trop froid. J’aime bien les matins feutrés, la neige qui craquent sous mes semelles. Sur le parking, ma voiture et mon ancienne voiture. Sous leur manteau neigeux aussi, y’a pas de raison. 

La question du jour (enfin, de tous les jours en ce moment), va-t-elle démarrer ? Je déneige la portière, je glisse la clé dans la serrure “clac-clac-clac-clac”, c’est bon, l’ouverture centralisée fonctionne, c’est un premier bon point, la batterie n’est pas encore à plat. Ce que je n’avais pas prévu entre autres contrariétés, c’est que le gel aurait pris les 4 portières et le coffre ! 10 minutes. 10 minutes à lui causer gentiment, à tirer dessus, pas trop fort quand même, à tapoter le long des joints pour tenter de les décoller (vous connaissez une technique de dégel vous ? non, les garçons, n’y pensez même pas, je ne suis pas assez souple et répugne à me prendre une douche de ce genre là en montant en voiture après).

Par contre, elle a toussoté comme à son habitude désormais, et a démarré. Gentiment. Les essuie-glace n’essuient plus grand chose (je voudrais bien comprendre pourquoi, j’ai pris soin de ne pas les forcer, mais d’attendre qu’ils dégèlent), mais elle m’a emmené à destination. 

A midi, je n’ai pas pris le risque de me retrouver bloquée chez moi, je suis donc restée en ville, deux trois photos d’ambiance, et retour dans le merveilleux monde des salaires. 17H30, un peu plus inquiète, parce que plus le temps passe plus l’échéance de la prochaine panne approche, je retente l’expérience. Les portières ne sont pas gelées, et elle démarre après son hoquet coutumier. 

Une journée de passée sans trop de soucis. 

A part que je suis arrivée chez moi pour trouver mon fils à 4 pattes devant mon armoire. Apple s’y était réfugiée plusieurs heures auparavant. Un foutu avion à réaction a traumatisé mon chat ! A moins qu’il ne s’agisse d’un canon à grêle, quoi que la météo ne s’y prêtât guère. Non, mais je vous jure, c’est nawak ! La pauvre a refusé de sortir un long moment encore, et finalement, l’estomac a eu raison de sa résistance. Beaucoup de câlins, de mouvements doux, de paroles rassurantes avant que l’on retrouve notre boule de poils en état à peu près normal. Elle recommence même à jouer. Dois-je faire un procès au responsable de la détonation ? Et si mon chat avait été cardiaque ? Hum ?

Enfin, pour ceux que ça intéresse, le stage ne se passe pas trop mal. J’ai quelques soucis de concentration, eu égard à mes emmerdes automobiles à répétitions que les garagistes ne savent pas solutionner pour l’heure, mais pour le moment ça va. Je vais quand même devoir réinstaller un vieil exell dans un coin, cette merde fait n’importe quoi (trois ordinateurs, le même fichier contenant les formules au départ, les mêmes données, 3 résultats différents… je ne veux même pas savoir comment ça peut être possible !). Ah et puis les menus et espèces de palettes, c’est … enfin, je trouve rien de ce que je cherche quoi. Et forcément, ma version étant d’un âge plus que respectable, impossible de travailler sur une présentation similaire. Ou comment perdre du temps parce que des ptits malins ont voulu faire joli sans penser à faire pratique… c’est ballot pour un logiciel dont la partie ludique m’échappe totalement !

Au fait, nous sommes en décembre, je vais toucher 317 euros, et je suis de très mauvais poil, vous n’avez pas fini de m’entendre râler !

mardi 30 novembre 2010

Anniversaire

Aujourd’hui, mon permis à 20 ans tout rond. Pfui.

J’ai aussi une voiture que j’aime, mais atteinte d’un mal mystérieux que personne sait ce que c’est… gentil garagiste a dit de la reprendre et de l’appeler quand les symptômes réapparaissent (je dirais jeudi ou vendredi selon toute probabilité).

J’ai aussi deux enfants merveilleux privés de transports scolaires. C’est con, en ville les bus savent pas rouler aux premiers flocons apparemment. Pratique quand on ne peut assurer les navettes. Un pourra éventuellement y aller à pieds (et niquer ses chaussures à 12M$), l’autre, elle va plus probablement rester au chaud… 

Joie.

mercredi 27 octobre 2010

Mais euh !

Non non, je ne suis pas énervée DU TOUT !

Sauf que.

Suite à la mort soudaine et sans préavis de mon disque dur il y a quelques jours, suite à la réception d’un jouli disque tout neuf, tout grand, tout beau quelques jours après (merci ;-)), suite à la réinstallation, avec récup de ma sauvegarde du … 4 juillet (ben oui, on a beau le savoir, on le fait jamais quand il faut aller se brancher sur un p**** de disque externe mal placé), j’ai limité les dégâts. 

Mais pas évité quelques soucis :

-le fichier de sauvegarde de mon iphone… qui a changé depuis le 4 juillet dernier… on suppose que la synchro se passera bien, mais c’est pas garanti

-quelques mails, en fait sauvés sur mon autre mac, mais je ne l’ai pas toujours sous la main, il faut que je trie et récupère juste le nécessaire

-dans les précieux mails, mais je n’ai pas vérifié encore, les log/mdp de certains comptes…

-les accès admin à mon site photos… ça c’est plus chiant, j’en ai besoin pour un petit travail perso qui à défaut d’être urgent, va finir par le devenir

-moins explicable… mon imprimante ! J’ai bien les pilotes installés sur le mac. Je vois l’imprimante dans les prefs système  (elle apparaît en “bonjour”, il me semble qu’en IP ça devrait pas être ça), mais je dois l’ajouter… et quand je veux l’ajouter, impossible de sélectionner son gestionnaire ! Au mieux on me propose un basic. Donc je me contrefous ! Il va de soi qu’au 4 juillet dernier, date de ma dernière sauvegarde, elle était installée et parfaitement fonctionnelle, et que, la concernant (ou mon réseau d’une manière générale), il n’y a pas eu la moindre modif entre temps ! 

mardi 28 septembre 2010

schhhhccccccrrrrrrrrrrrrrrr

Bon bah, j’ai fini par laisser ma voiture chez son docteur, le bruit devenait vraiment vraiment alarmant. D’ailleurs mon garagiste il a voulu la garder de suite “faudrait pas esquinter les disques, c’est beaaauuuucoup plus cher”… oh cong, depuis juillet je roule avec mes plaquettes usées… si il y a un dieu ou je ne sais quoi de ce genre là qui puisse faire en sorte que je n’ai fait que finir mes plaquettes sans toucher aux précieux disques, c’est le moment, mon gars, pasque déjà, cette pilule là va être raide à avaler… glups. Quand je la récupère, je jure de jouer du frein moteur, c’est moins écolo y parait, mais tant pis, c’est précieux des plaquettes !!! 

Prochaine étape, les pneus avant. Re-glups, à condition de m’en tenir à d’obscures marques. Sinon, euh, ben sinon, la question ne se pose pas quand on est précaire.

Si la fée du boulot voulait se souvenir de mon existence, je crois que c’est le moment idéal, j’ai encore les épaules pour nager, mais va falloir se calmer avec les ptits coups sur la tête quand je remonte respirer à la surface ! 

Mais j’ai une bonne petite voiture que j’aime, et que j’y tiens ! Voyez, j’ai deux gosses, un coeur, ma voiture et mes pommes. Et tout le monde tient dans la voiture, c’est magique. Prenez tout, mais laissez moi ça, merci !

- page 2 de 4 -